Mauvais joueur

Qui voudrait d’un appareil photographique numérique vieux de onze ans et qui était déjà obsolète à sa sortie ?

Disons le tout de suite, Leica est le plus mauvais fabricant d’appareils photographiques du marché. Alors que la marque au point rouge occupait le haut du pavé chez les professionnels à l’époque de gloire de l’agence Magnum. Pas un pro aujourd’hui n’abandonnerait son Nikon ou son Canon pour utiliser un appareil photographique lent, obsolète dès sa sortie et surtout aussi mal supporté dans le temps.

Essayez-donc de faire réparer, ou même d’upgrader le firmware d’un Leica M9. C’est impossible, la seule chose que propose Leica est l’upgrade à plus de 6,000 Euro vers le M11. Alors que les collectionneurs accumulent des Leica M3 qui ont plus de 50 ans, le M numérique le plus révolutionnaire de la marque n’est même plus supporté à peine 11 ans après son apparition.

Est-il obsolète ? pas plus qu’il ne l’était à sa sortie. Son viseur est approximatif, son télémètre est très précis jusqu’à cinq mètres et “instinctif” au delà. Il est lent, aussi fiable qu’un Windows ME avec une IP publique, trop lourd et trop gros. Il n’est quasiment pas configurable. Son capteur se corrode tout seul et Leica fait comme s’il n’avait jamais existé. Bref, il ne tient pas la comparaison face aux ténors que sont Nikon, Canon ou même FujiFilm.

Et cependant, Leica ne trouve pas son marché que chez le bobo friqué. Il existe une catégorie de photographes amateurs qui veulent un viseur approximatif avec un télémètre instinctif. Qui veulent un appareil lent, doté d’un LCD inutile. Ils veulent aussi des capacités limitées et peu de paramètres et n’ont que faire des imperfections que le capteur laissent sur chaque image. Parce qu’ils veulent se prouver qu’ils peuvent faire des images de qualités dans des conditions difficiles.

Aujourd’hui, on n’achète plus un Leica parce qu’il est meilleur. On l’achète parce qu’il est moins bon, mais que bien maitrisé, il peut sortir des images absolument parfaites. Le Leica ne pardonne pas l’erreur et réussir à le dompter est un défi passionnant en soit.

Leica M9 DNG ou JPG

Le Leica M9 n’est pas un appareil photo pensé comme les autres. Nikon, Canon … font d’excellents appareils et je suis fidèle à Nikon depuis des années. Mais Nikon n’a jamais fait un appareil photographique comme le M9. Pour tout dire, je ne suis même pas sur que Leica eux mêmes aient fait un autre appareil comme le M9.

Je ne parle pas de la qualité de fabrication, de la précision du télémètre ou de la fidélité des couleurs. Terrain ou Nikon et Canon sont absolument imbattables. Je ne parle pas non plus des nombreux réglages, des filtres et autres fonctionnalités, d’ailleurs Leica ne concurrence personne sur ce terrain, avec le M9 encore moins qu’avec le M10 ou le M11.

Ce qui rend le M9 unique est qu’il n’a pas été pensé comme l’appareil le plus fidèle, le plus fiable, le plus rapide ou le plus performant. Mais qu’il a été pensé comme un appareil unique. Je mets au défi le meilleur photographe de reproduire le rendu des images JPG du M9 avec un autre boitier. Même avec les fichiers DNG du même boitier, c’est quasiment impossible.

Le M9 est le seul boitier numérique pensé comme un boitier argentique. Son rendu est unique, il est mauvais en haute sensibilité et il résiste très mal aux sur-expositions … comme un film. Il est lent, fait un bruit typique de boitier argentique motorisé (le bruit du film qui avance). Vous y ajoutez la mise au point manuel via le télémètre, l’exposition parfois hasardeuse de sa cellule, un écran arrière aussi petit qu’inutile pour vérifier l’exposition d’une image et vous revenez trente en arrière dans le monde de la photographie.

Les JPG qu’il vous donne sont parfaits, à part changer leur taille pour les besoins liés à l’utilisation et rajouter un peu de sharpening, rien n’a `a y être changé. Si une photo en JPG sortie du boitier ne vous convient pas, n’y changez rien, elle est simplement mauvaise.

En construction

Coup de coeur, je viens d’acquérir un Leica M9 d’occasion. J’avais déjà travaillé avec un M8 par le passé, mais l’appareil avait été relativement décevant. Le M9 est beaucoup plus intéressant. Le mien a encore son capteur d’origine, chose assez rare parce que les capteurs de M9 ont tendance à se corroder et Leica les a changé gratuitement de 2015 à 2017. On ne le voit guère sur la photographie, mais il présente bien quelques points de corrosion, absolument mineurs.

Un propriétaire de Leica ne se plaint pas.

Le Nikon Z fc

Mon premier Nikon était un Nikon FE, sans doute l’un des meilleurs boitiers film de Nikon (avec le F2). J’ai ensuite travaillé avec de nombreuses marques telles que Mamiya (C220), Bronica (ETRS), Olympus (OM1) …  à cette époque ou les boitiers étaient mécaniques, qu’il fallait savoir utiliser une cellule à main et un agrandisseur, la marque du boitier n’était pas si importante.

Depuis que le monde a quitté le film pour le capteur, la bague de mise au point pour l’AF et la cellule pour le multi-capteurs à AI, depuis le premier D70, je suis revenu à Nikon. J’ai eu quelques infidélités avec Pentax et même Leica, mais j’en suis revenu.

Le Z fc est sans aucun doute et de très loin le meilleur appareil photo que j’ai jamais possédé et utilisé. Il laisse dans la poussière tous mes anciens boitiers, que ce soit le D700 ou le M8, le D1x ou le S3Pro. Je n’ose même pas imaginer de quoi sont capables les Z7ii ou Z8 d’aujourd’hui tellement je suis bluffé par les capacités d’un simple boitier entrée de gamme.

Kodak Tri-X

La solution la plus simple pour obtenir un filtre Kodak Tri-X est d’acheter un des très nombreux filtres disponibles sur Internet sur un logiciel tel que Capture One.

Mais obtenir un effet similaire avec Gimp.

Colors -> Components -> Mono Mixer …

Sur les channels Red, Green et Blue, appliquer les valeurs suivantes : 0.250, 0.350 et 400.

Colors -> Shadows-Hilights

Sur Highlights, appliquer la valeur -50

Colors -> Brightness-Contrast

Sur Contrast appliquer la valeur 30 et sur Brightness la valeur 10.

Filters -> Noise -> CIE Ich Noise

Dulling 1, Lightness 5 à 10 selon vos préférences, Chroma 0, Hue 3.

L’image originale non traitée.

La version Capture One (sans aucun autre paramètre changé)

La version avec Gimp en suivant la recette donnée dans cet article.

La quelle préférez-vous ?

Artra Lab OCULILUMEN 7.5mm F2.8

J’ai acquis cet objectif directement depuis le site d’Artra Lab. Artra Lab est une société basée à Hong Kong, ils ont visiblement des bureaux à Shenzhen.

Le site du constructeur est plutôt élégant et bien, la procédure en ligne se fait sans problème, paiement par Paypal. L’objectif est envoyé par transporteur UPS ou DHL dans un délai d’une semaine, il est correctement emballé et livré avec une petite housse du plus bel effet.

Premier mauvais point, dans sa déclaration aux douanes, Artra Lab a déclaré un objectif d’une valeur de 500HKD, c’est à dire moins de la moitié de la valeur de l’objectif. C’est ennuyeux parce que les douanes ont fait leur travail, ils ont vérifié et que cela m’a couté des frais et un délai de livraison supplémentaire d’ne semaine. Bref, ce n’est pas très sérieux. J’ai prévenu Artra Lab du problème, mais ils n’ont répondu à aucun email.

L’objectif fait sérieux, il est tout en métal et relativement lourd pour mon Nikon Zfc, trop lourd. La bague de diaphragme n’est pas crantée et elle bouge au moindre frottement. La bague de mise au point n’est pas mieux et aucun mécanisme pour la bloquer (ce qui serait utile vu l’immense profondeur de champs de l’objectif).

Les distortions sont moins marquées que ce à quoi on peut s’attendre d’une telle focale. Les bords sont flous. C’est un cul de bouteille, mais c’est un peu la définition du fish eye, donc rien à lui reprocher de ce côté.

Je n’achèterais pas d’autre objectifs de la marque, le manque de crans sur la bague de diaphragme est éliminatoire en ce qui me concerne. Un morceau de scotch règlera l’affaire, ce n’est pas sérieux.