Skip to content

Humeurs

Review Leica M9

50 years ago, half of the watches sold in the world were coming from Switzerland. For some historical reason, Switzerland was the country to build watches. Unfortunately for them, in the 80’s the quartz and the watches built in Japan were about to revolutionize this market. More recently the rise of the smartphones, which are able to give the time more accurately than an atomic watch, came to end this market.

But Switzerland industry did not give up, they adopted a change of strategy to face the disparition of their market: they increased the price of their watches. And it worked. Less people buy watches from Switzerland, but they buy them very expensive.

So why do they buy those watches, since the cheapest mobile is better at giving time. They claim that they buy the Switzerland know how, the very high quality of hand made watches.

That’s BS.

They buy a social marker. They buy an expensive item to show to the face of the world that they have money.

Leica has a very similar history, they were the most important brand of camera for professional until Nikon released the F in the 70’s. The Digital cameras put an end on this market and Leica has become a very minor player now in professional photography.

They followed exactly the same strategy than the Switzerland watch factories: sell obsolete and very expensive cameras, and all the same, it worked!

Leica buyers claim that they buy a know how and a hand made high quality camera. That’s a crappy lie, any Leica camera is obsolete with a very average quality standard, a low reliability and a very unprofessional lack of serious support from the brand.

It does not stand one second the comparaison with a Nikon or a Canon in any aspect.

Let me give you an overview on my Leica M9:

– the rangefinder is correctly calibrated for the infinite, but the camera is not. It means that the sensor is not exactly where it should be, I have to manually correct each shot to be in focus (how is that even possible?)
– changing the lens is a nightmare, the locking mechanism does not work half the time.
– Leica does not offer anymore the firmware updates for download. I’m not saying that they don’t make any update anymore, but even the old firmwares are not available for download. Whatever firmware version I have, I stay with it.
– The sensor is a time bomb, it suffers some corrosion and Leica does not have any solution anymore to repair it. If the sensor dies, they just give me a discount on the latest M11.
– A spare battery cost 150 Euro.
– The LCD is the worst I’ve ever seen (even at the time the camera was released, such LCD was an outrage for a 6k camera)
– It happens that the camera take some black photographs. I trigger the shutter, but the photograph is just black.

There is nothing perfect in the M9. There is no high quality whatsoever. If I were a professional, that’s the last brand I would use to make money and I would not trust it one minute to cover a mariage or an event.

So why did I buy a M9 in the first place?

That’s very simple : it’s a rangefinder and there is no competition on this market. I sincerely regret that Voigtlander did not follow up on digital rangefinder after their test (and commercial failure) with Epson on the RD1. The Bessa were very good cameras and I would have a RD4 or RD5 if it existed today instead of a Leica M9.

I can use M lenses, it’s all manual and I love that.

The color jpg of the M9 (thanks to Kodak) are piece of art, some say that they can get all the same with post-processing, I’m still to see the proof of that, fact is I could not reproduce the jpeg of the M9 starting from a DNG file from the same camera.

The B&W are average, I can not get out of it what I expect from such a camera. I regret that Kodak did not think of adding a TRI-X mode on their sensor. I did not test, but I’m quite sure that Fuji camera (especially GFX) are pretty good as well on this aspect.

Do I use my Leica as a social marker ? Let’s be clear, when you have a watch from Switzerland, nobody cares. The only person you convince is yourself. A Leica camera is exactly the same thing, nobody cares. People are much more impressed by a Nikon Z8 or Z9 than by a Leica. For common people, a Leica just looks like a cheap camera, if you tell them that’s not the case because a Leica is manual focus and has only a very crude light meter, then they don’t even see the point in using such a camera. Definitely, for the common people, Leica does not even have the aura of a Rolex or a Mercedes.

What is a real photographer ?

This article was first posted on “RPF”, the Real Photographer Forum.

Since the forum is called “Real Photographer Forum”, it should trigger a discussion about how we should define a real photographer. Those past few weeks, I had a strong review of my own opinion about this when I watched some old photos I’ve made in the past with a Voigtlander Bessa R2 (a film camera).

Don’t get me wrong here, I don’t say that my photo at that time were better than all the photographs I’ve made since this time. In fact, I’ve made much better than that since I’ve owned the Bessa. But I’ve become a mediocre photographer if my photographs were better. I confused the travel with the destination, I believed that the destination was more important than the travel, that making good photographs was better than being a good photographer.

The first photograph is made with a Voigtlander Bessa R2 and I don’t even remember which lens I used at the time. It’s not what I would consider a good shot, but back then I still decided to keep it and I think I was right. The second one has been made recently with a Nikon Zfc and the 16-50. It shows a small street of Bangkok half flooded and a woman trying to make her way without ruining her shoos.

Both images have no relationship whatsoever, but the second one is definitely better. Technically, it’s colorful, it’s all in focus, there is a clear context and an information. Taken from below, not being exceptional, the composition is still OK and fits the purpose. But I get no honor here, the camera has done everything for me, I just had to get there and press the shutter at the right point. I would never have been able to catch this shot with a Bessa R2 today because there are too many parameters I would have to handle to be ready in time.

I’ve seen professionals cover an event with some Nikon Z9 (or equivalent) without even watching what they were shooting. Holding the camera above their head and shooting continuously hundreds of photographs per minutes in every direction. In post processing, they will just delete 99.9% of what they shoot, post-process whatever remains in Capture one (or whatever software you may name here) and still come with a reasonable result, maybe even better than whatever I can do with the very same Bessa R2 I was talking about.

Is that being a good photographer ?

For years, I’ve been cheating this way. I’ve been using the Nikon D1h and D1x, the D700 (what a wonderful camera) and I’ve shot hundreds of photographs per hours in the streets of wherever I was living at the time.

http://www.unices.org st@unices.org

But I was cheating. I was just shooting RAW files, then I post processed them to get exactly the kind of result I wanted. I consider today that’s not being a real photographer. I got very good photographs, but it’s easy to get photographs when the only thing I have to do is to shoot 300 hundreds photographs in two hours, select the 2 or 3 a little bit better and post process them to get a kind of film feeling and give myself some compliments: “it looks like Cartier Bresson, I’m so proud of my work”.

But Cartier Bresson did not have a Nikon D700, he had a Leica M3 and one lens to work.

My view changed when I acquired a Leica M9. This camera is not like the ones I owned so far. I does not shoot 300 photographs per hour, it does not focus for me, its light meter mesures the light as it arrives on the shutter, as we did for years before the AI was included in every camera to handle every and each case. The framing is approximative, on my camera, even the focus is screwed and I have to correct each photo manually. And I have to consider all those parameters and imperfections while I’m making the photograph, not during the post processing. The camera is so slow (1 shot per second at best), there is no second chance. I get the shot or I miss it. But there is no before and no after, just the right moment, the one opportunity for me to get.

And to make matter worse, the DNG are less good than the JPG out of the camera (let’s say that the JPG are really super good). So bye bye post processing, get back the shadow or the burnt area. If the shot is not good out of the camera, It’s not good at all.

All this is very frustrating, to say the least. The overall quality of my work has decreased significantly since I do not post process my photographs anymore, since I don’t cheat anymore. I miss many opportunities and shots when I walk in the street. I’ve to see things in advance and get prepared if I want the shot … in other words, I’ve become a better photographer, a real photographer.

Can I post blurry photographs and be cool with that?

By it’s very definition, photography is the art or the process of producing images of an object on a photosensitive area, either chemically (film) or electronically (sensor). “Art” in this context is not to be taken in its first degree but as a synonym for “skills” : “If you describe an activity as an art, you mean that it requires skill and that people learn to do it by instinct or experience, rather than by learning facts or rules.” (Collins dictionnary).

Photography is not a process of creation, it’s a process of “production” and it changes everything. Because we do not create photographs, we reproduce an object (a landscape, a situation, a product, a person) on a support. This object may be a piece of art, it may even be created by the photographer itself, it does not make the photography of this object a creation, but just the reproduction of this creation.

A camera is a tool to record and produce images.

A photography is better when it’s focused and correctly exposed because it give a better view of the object that was taken on the photograph. The photographer has some latitude in his art to alter significantly the picture to give a more dramatic sense. Very often, the photographer makes reference to the work of other photographers to give a sense of nostalgie to the image, this practice is common in most activities, we tend to reproduce what we know.

It makes that a photograph carries two kind of informations:

– The reproduction of the object
– The alteration of the photographer

Some photographs contains such a valuable information (they reproduce a very rare object), that the perfection of its technical production don’t carry a vital importance.

Those photographs of Robert Capa are blurry, but they contain very valuable information. There is an historic event of the first importance that will never occur again. Nobody cares the framing, the alteration, the composition, the focus … Robert Capa himself did not care much about that when he made them. His point was to witness a moment. For those shots, the answer is yes, a photograph can be blurry and the photographer can be cool with that.

In some case, we want to make a blurry photograph, or at least a partially blurry photograph because it’s part of the object we want to reproduce.

st@unices.org

In this picture, the blurry part emphase the feeling of speed of the object in the photo. It’s an alteration of the photographer to emphase part of the information he wants to pass in his picture.

We find as well this kind of alteration when we want to isolate a subject from its background using a narrow DOF.

There is a third case when some photographers can blur a photograph for no apparent reason and still be cool with that.

That’s a painting of Picasso. We all know Picasso, he was a great painter and we owe him for his work. But that picture in particular is a piece of shit, it could have been done by my nephew of 8 yo. We would have encouraged him and told him that’s great, he can paint like Picasso. Fact is that the only thing who gives any value to such a picture is the signature of Picasso.

I don’t know if this behavior is alienating, but it’s clearly misleading because it gives the impression that we can create anything and it’s good to go, that there is no background rules to understand, no skill to acquire, no experience required to make a good shot (or a good painting). It created the modern art (in French, Art contemporain, we say “Art comptant pour rien” or “Art counting for nothing”) where the creation does not matter anymore, the only thing who matters is who created it (and what is the BS behind his “creation”).

Excuse this long article, but I’ll finish with Victor Hugo here, and I quote :

“Votre livre est-il manqué ? tant pis. N’ajoutez pas de chapitres à un livre manqué. Il est incomplet ? il fallait le compléter en l’engendrant.”

“Your book is bad ? So be it. Do not add a chapter to a bad book. It’s not complete ? you should have done it while you were creating it”.

If your shot is not good out of the camera, it’s not good at all.

Charles Louvet, inventeur

Laissez-moi vous présenter mon arrière grand-père, Charles Louvet, Inventeur de son état. On lui doit des constructions telles que les premiers camping car (les Carlinghome), une maquette d’un bus à soufflet, des trieurs de pièces et d’autres choses encore.

Dans cette série de photographies inédites, puisque la plupart sont des photos de familles qui ne sont jamais sorties publiquement, on retrouve bien entendu des photographies de ses inventions et de ses constructions, mais également des photographies plus personnelles avec son épouse et ses enfants, et même des courriers.

Découvrez cette France de la première moitié du XXème siècle, en pleine révolution industrielle, par la petite lucarne des photos de familles.

Sommes-nous le fruit de notre éducation ?

  • Humeurs

Je pose la question sérieusement, bien que tenté de répondre “oui”, les choses ne sont peut-être pas aussi évidentes que cela. Mais laissez-moi poursuivre ma question, car elle est incomplète ainsi posée.

Sommes-nous le fruit de notre éducation ou de notre génération ?

Voyez-vous un peu mieux maintenant ce qui se prépare à l’horizon ?

Au niveau biologique déjà, nous sommes le fruits de millions d’années d’évolutions et de sélections naturelles et de 10,000 ans de civilisation. Pourquoi mettre dans la même phrase la notion de “sélection naturelle” et celle de “civilisation” ? la réponse est simple, parce que la civilisation a tendance à effacer les contraintes environnementales qui sont nécessaires à la sélection naturelle. En d’autres termes, nous avons cessé d’évoluer il y a environ 10,000 ans parce que nous avons commencé à adapter notre environnement à notre propre nature.

Le processus de sélection naturelle est la réaction du vivant en fonction de son environnement, le principe de civilisation, c’est le contraire.

Nous sommes donc entrés dans une longue phase de dégénérescence par manque d’évolution et nous n’avons cessé de nous adapter en inventant les moyens de contrer les effets de cette dégénérescence. Ainsi est né la médecine, par exemple, dont le rôle est d’en effacer les symptômes que nous considérons maintenant comme normaux.

Une autre très grande invention de la civilisation est l’école. Par défaut, le cerveau des enfants ne fait que s’adapter à un environnement en apprenant ce qui est nécessaire à leur survie. En gros, les enfants regardent ce que font les adultes et apprennent à faire pareil.

L’école consiste donc à créer un environnement artificiel ou l’on exprime un environnement qui n’a pas grand chose à voir avec l’environnement réel afin de les formater dans un sens voulu. Ainsi l’enfant n’apprend pas en voyant ses parents faire, il apprend ce que la société veut lui apprendre parce que la société estime que dans son développement, elle doit enseigner aux enfants ce qui lui sera utile plus tard.

Nous sommes bien le fruit de notre éducation, mais cette éducation n’est pas le fait des parents, mais de la société et en fonction de besoins ponctuels. Ce qui fait que nous sommes surtout le fruit de notre génération.

Sécurité sociale des expatriés

  • Humeurs

J’ai été expatrié pendant plus de 20 ans, très longtemps, j’ai simplement ignoré le besoin d’avoir une assurance qui pouvait couvrir mes coûts de soins médicaux. C’est une erreur, jeunes et sans enfants, nous nous croyons invincibles, mais en vieillissant et lorsque la famille s’agrandit, l’expérience m’a montré qu’il faut mieux investir quelques centaines d’Euro par mois et avoir un filet de secours.

L’histoire de Fred Evrard est terrible, mais à ses problèmes de santé, Fred a eu des problèmes financiers énormes car au delà de l’opération qu’il a subi, se sont ajoutés des frais considérables à cause des complications. Ce filet lui a manqué. C’est un exemple, mais c’est aussi une leçon. J’ai 53 ans, je fais très attention `a ce que je mange et à mon mode de vie, mais Fred aussi faisait très attention.

Une opération mineur se chiffre déjà en dizaines de milliers d’Euro. Une opération importante, comme celle qu’a subit Fred, dépasse les 100,000 Euro. Qui a envie de rajouter à des problèmes de santé des problèmes d’argent ?

Pour l’expatrié en Europe, dans la plupart des cas le problème ne se pose pas. L’idée en général est qu’un citoyen d’un pays Européen résidant dans un pays Européen bénéficie d’une couverture sociale équivalente dans son pays de résidence. Il convient de se renseigner au cas par cas pour confirmer cela, mais je ne serais pas plus inquiet dans ce cas particulier.

Pour les autres pays du monde, la situation est plus compliquée car différente pour chaque pays. Singapour, pays ou j’ai longtemps vécu, n’offre aucune sécurité sociale aux expatriés, ni à leur famille. En Thaïlande, une sécurité sociale est offerte à celui qui travaille, mais sa famille n’est pas couverte. Dans les faits, cette sécurité sociale d’ailleurs n’est pas un système de remboursement de soins, c’est juste un accès gratuit à un hôpital public, mais aucun soin fait en dehors ne sera remboursé.

Pour le Français, ou qu’il soit sur la planète, s’offrent deux solutions:

Une assurance privée au cas par cas, la même qui s’offre à tous les expatriés et parfois mêmes aux locaux partout sur la planète. C’est l’affaire d’un questionnaire médical, souvent l’assurance ne couvrira pas les problèmes de santé antérieurs, et l’affaire est jouée. Chaque membre de la famille est couvert indépendement.

La CFE (Caisse des Français à l’Étranger) qui couvre l’ensemble de la famille d’un Français (même si certains membres de la famille ne sont pas Français). Ici, pas de questionnaire médical, après une période de carence de trois mois (sauf dans certains cas), la CFE couvre tous les actes médicaux dans les mêmes conditions que la Sécurité Sociale en France. Tous les membres de la famille sont couverts dans le forfait, le prix dépend de la personne la plus âgée (quelques centaines d’Euro par mois). La CFE permet une couverture à l’étranger et immédiatement en France en cas de retour (même temporaire).

À noter que la CFE permet également de souscrire à une mutuelle complémentaire dans les mêmes conditions qu’un résident Français (c’est la même mutuelle, on la souscrit de la même façon qu’un Français résidant en France).

La CFE est un organisme privé, mais elle remplit un devoir d’état, elle est liée à des obligations. Elle ne peut pas refuser de vous assurer parce que vous avez des antécédents (contrairement à une assurance privée). Elle ne peut pas exclure des maladies, elle doit vous couvrir dans les mêmes conditions que la sécurité sociale en France. Elle est ouverte à tous les Français et leur famille ou qu’ils résident dans le monde, c’est un droit.

Plus rien

  • Humeurs

Le chanteur des Cow boys fringants est mort. Trop jeune diront certains, mais depuis les injections expérimentales massives, ça tombe un peu comme des mouches ces derniers temps.

En tous cas, si la mélodie est sympathique, cette chanson est trompeuse, pour ne pas dire menteuse. La terre est un milieu clos qui reçoit en permanence une quantité d’énergie phénoménale de notre soleil. Extraire des minéraux du sol pour les exploiter n’appauvrit pas la planète. Ces minéraux ne s’envolent pas dans le ciel ou ils sont perdus à jamais. Ils rentrent simplement dans un cycle de transformation et d’utilisation rendu possible grâce à l’énergie permanente que nous envoie le soleil. Ces minéraux retourneront à la terre d’ou ils sont sortis, tôt ou tard, ils y retourneront.

Toute l’eau, le pétrole, l’or, le cuivre … qui sont sur la terre sont dans un milieu clos, nous les sortons, les utilisons, les déchets sont captés et recyclés par la grande machine de la vie. Tout cela est absolument inépuisable parce que l’énergie qui permet ces cycles, captée principalement par les arbres, transformée en sucre avec l’aide du carbone qui se trouve dans l’air et de l’eau qui se trouve dans le sol, nous permet de continuer indéfiniment à utiliser les ressources disponibles.

Mieux, contrairement à ce qu’affirme cette chanson, plus nous utilisons ces ressources, plus elles se renouvellent et plus nous entraînons le mouvement de la vie. Il n’y a pas assez de carbone dans l’air, le carbone est le gaz de la vie, les plantes partout suffoquent d’en manquer et le seul intérêt que nous présentons à leurs yeux et d’être capable d’en créer pour elles.

Des espèces disparaissent, me direz vous. Bienvenu dans la sélection naturelle. Nous vivons en symbiose avec notre environnement. Celui-ci sélectionne le vivant qui lui est le plus utile et le plus efficace pour entretenir cette symbiose. À ce jeu, l’homme s’est montré comme le meilleur candidat, justement parce qu’il su le mieux exploiter les ressources disponibles et libérer le carbone nécessaire à la vie des plantes.

Mais ne vous y trompez pas, qu’une autre espèce demain soit plus efficace que nous à ce petit jeu et nous serons dans la prochain wagon de la fin des espèces.

Mauvais joueur

Qui voudrait d’un appareil photographique numérique vieux de onze ans et qui était déjà obsolète à sa sortie ?

Disons le tout de suite, Leica est le plus mauvais fabricant d’appareils photographiques du marché. Alors que la marque au point rouge occupait le haut du pavé chez les professionnels à l’époque de gloire de l’agence Magnum. Pas un pro aujourd’hui n’abandonnerait son Nikon ou son Canon pour utiliser un appareil photographique lent, obsolète dès sa sortie et surtout aussi mal supporté dans le temps.

Essayez-donc de faire réparer, ou même d’upgrader le firmware d’un Leica M9. C’est impossible, la seule chose que propose Leica est l’upgrade à plus de 6,000 Euro vers le M11. Alors que les collectionneurs accumulent des Leica M3 qui ont plus de 50 ans, le M numérique le plus révolutionnaire de la marque n’est même plus supporté à peine 11 ans après son apparition.

Est-il obsolète ? pas plus qu’il ne l’était à sa sortie. Son viseur est approximatif, son télémètre est très précis jusqu’à cinq mètres et “instinctif” au delà. Il est lent, aussi fiable qu’un Windows ME avec une IP publique, trop lourd et trop gros. Il n’est quasiment pas configurable. Son capteur se corrode tout seul et Leica fait comme s’il n’avait jamais existé. Bref, il ne tient pas la comparaison face aux ténors que sont Nikon, Canon ou même FujiFilm.

Et cependant, Leica ne trouve pas son marché que chez le bobo friqué. Il existe une catégorie de photographes amateurs qui veulent un viseur approximatif avec un télémètre instinctif. Qui veulent un appareil lent, doté d’un LCD inutile. Ils veulent aussi des capacités limitées et peu de paramètres et n’ont que faire des imperfections que le capteur laissent sur chaque image. Parce qu’ils veulent se prouver qu’ils peuvent faire des images de qualités dans des conditions difficiles.

Aujourd’hui, on n’achète plus un Leica parce qu’il est meilleur. On l’achète parce qu’il est moins bon, mais que bien maitrisé, il peut sortir des images absolument parfaites. Le Leica ne pardonne pas l’erreur et réussir à le dompter est un défi passionnant en soit.

Les courants de pensées

Il m’arrive de trainer mes guêtres sur Linkedin. Vous savez, ce réseau social professionnel occupé par les RH et les narcisses. Linkedin est l’endroit parfait pour étudier les courants de pensées de notre société. Le fait que ce soit un réseau professionnel provoque une sorte d’auto-censure de l’expression des idées dissidentes et une sorte d’amplification des idées … de merde.

J’ai noté quatre courants de pensées qui sont à la mode en ce moment:

  • Le féminisme, poussé à l’absurde. Dernière stupidité sur le sujet, une féministe conseille à une jeune femme inexpérimentée, lors d’une réunion de travail à 90% masculine, de prendre la parole dans les cinq premières minutes de la réunion et ceci, je cite, “sans réfléchir”. Et on s’étonnera que certaines femmes ne sont pas prises au sérieux.
  • Le changement climatique, lui aussi poussé à l’absurde. Autre stupidité du sujet, une très grande société laitière, que vous connaissez surement, a lancé un projet d’application mobile pour les fermes laitières afin qu’elles comptabilisent le méthane rejeté par les vaches. Je me demande encore comment nous avons survécu pendant 8000 ans sans ces génies.
  • L’Intelligence artificielle qui, à elle seule, mériterait un livre. Montée au pinacle par la stupidité naturelle, une armée de cadres très sérieux, qui n’ont pas la moindre idée de ce que définit le terme IA, rêvent du meilleur des mondes.
  • Le RCS, celui là est lié au milieu professionnel dans le quel j’évolue et vous ne le rencontrerez pas forcément. C’est encore plus inquiétant d’ailleurs, parce que des professionnels du même milieu parlent carrément d’une nouvelle ère du SMS parce qu’Apple a annoncé qu’ils supporteraient RCS l’an prochain. Calmez-vous les gars, seuls six opérateurs dans le monde ont accepté RCS, et pour cause, les autres n’ont aucune envie de signer un contrat avec Google, ils ont très bien compris que l’objectif du géant de l’Internet était d’appliquer au GSM sa stratégie habituelle: Embrace, Extend, extinguish.

Je ne me fais aucune illusion que les autres branches professionnelles ont également des sortes d’hystéries collectives sur des non-sujets, vaccination ARM chez les uns, voiture électrique chez les autres.

Il y a 20 ans alors que je débutais ma carrière dans l’informatique, je me faisais cette reflexion que nous n’avons encore aucune idée de l’impact de l’Internet sur notre société. Aujourd’hui, je commence à me faire une petite idée sur le sujet, et c’est pas optimiste.